Tuy Mai, fondatrice de Tropical Thursday

Il est de bon ton de s’appliquer l’adage suivant « souris à la vie, elle te le rendra ». Alors, quand le sourire devient rictus, il est temps de questionner son for intérieur pour faire de ce nouveau gouffre béant un sourire béat. A entendre Tuy Mai évoquer son parcours et conter son projet, on devine le sourire radieux accroché à ses lèvres. Elle est en effet de celles dont l’énergie communicative, l’optimisme contagieux et la bienveillance débordante font l’effet d’un puissant stimulant.

Portrait de la très solaire Tuy Mai, fondatrice de la marque de bijoux Tropical Thursday.

A l’heure des choix professionnels, Tuy Mai se dirige par hasard vers le métier de podologue. Elle saute finalement à pieds joints dans cette voie et, après quelques remplacements, ouvre son cabinet. Le pied à l’étrier bien attaché, elle s’épanouit à soigner les talons d’Achille d’une patientèle conquise. Mais la jeune femme se heurte à une voûte plantaire trop courbée, avec le désagréable sentiment de ne pas encore détenir la clé qui lui ouvrira les portes d’une vie irrésistiblement radieuse. Tuy Mai prend alors au pied de la lettre ce vide latent, apprend le tricot, s’offre des cours du soir de chinois et débute une formation en réflexologie plantaire.

La chance sourit toujours aux audacieux. Attendri par tant d’ardeur, le destin, souhaitant la mettre sur la voie, sème un premier petit caillou. Elle ouvre ainsi un jour inspiré « La Vallée des rubis » de Joseph Kessel, et la révélation éclate au grand jour. Elle découvre que ce lieu des merveilles existe bel et bien, en Birmanie. Dès cet instant, les pierres ricochent, et deviennent le spinelle de ses yeux…Tuy Mai s’inscrit alors dans une école parisienne en parallèle de son activité de podologue. Le hasard continue de l’aider avec un second galet, l’amenant cette fois auprès d’un expatrié travaillant à Bangkok, temple des pierres.

 

Tuy Mai vend son cabinet et part étudier la gemmologie dans la capitale thaïlandaise, tout en promettant à ses proches de revenir après ces sept mois de formation. Sous le prisme des pierres, la jeune femme irradie. De retour dans l’hexagone sertie d’un diplôme, son enthousiasme s’érode quelque peu, en constatant le peu d’offres dans le négoce de pierres de couleur dans la ville Lumière.

Mais loin de se fissurer, sa détermination fait bloc et se trouve même renforcée par ces petites déconvenues qui s’agrègent. Après être allée sur la pointe des pieds dans le retail de joaillerie, Tuy Mai suit son faisceau de lumière et s’envole aux États-Unis, sa passion toujours chevillée au corps. Revenue en France, le spectre d’une sous-représentation des pierres fines dans la petite joaillerie se précise. Tuy Mai finit par se lancer, avec l’envie débordante de redonner à ces particules lumineuses leurs lettres de noblesse.

Elle créé en 2017 Tropical Thursday, en poursuivant à côté des activités subsidiaires dites « alimentaires ». Un clin d’œil au jour de la semaine qu’elle affectionne mais également aux couleurs miroitantes des pierres fines. Mais ses chevilles se fatiguent à trop frotter le goudron de toute part. Tuy Mai décide alors de faire de Tropical Thursday la pierre angulaire de ses prochaines années…

Vert mousse, bleu lagon, blanc écume, ses créations sont une ode à la beauté luxuriante des Tropiques, tandis que l’or rose réfracte le raffinement intemporel de Paris. Chaque pièce, conçue à la main, passe tour à tour entre les doigts d’argent de joailliers, polisseurs et sertisseurs. La pierre est ainsi polie, montée, magnifiée. Chaque jour de la semaine possède sa propre gamme, d’un lundi conquérant à un dimanche reposant.

Son enthousiasme au firmament, Tuy Mai construit pierre après pierre son petit édifice. Elle développe également le sur-mesure pour des joyaux uniques. Constamment en grand écart entre la France, les Etats-Unis et l’Asie, Tuy Mai prend un soin particulier à sourcer elle-même les pierres avec l’envie de permettre aux femmes de porter des bijoux précieux au quotidien.

Développer le sur-mesure, mettre sur pied des ateliers « découverte » pour apprendre à regarder à travers la pierre, Tuy Mai a sous les pieds un gisement d’idées pour faire resplendir sa marque, dont les bijoux ne laissent aucunement de marbre.

Crédit photos : Tropical Thursday

Un grand merci à Tuy Mai pour sa gentillesse et son enthousiasme !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Découvrez tous les mois des Valseuses, ces femmes qui ont fait valser leurs peurs, ennui et vie de salariées rangées !