Solène, fondatrice de l’Atelier de Solène

Rare est la passion qui nous prend dès notre enfance, nous accompagne durant l’adolescence pour nous guider jusque dans nos choix d’adultes. L’assouvir au quotidien et ne plus avoir l’impression de travailler un seul jour, c’est l’histoire de Solène, fondatrice de la marque de bijoux élégants et intemporels, l’Atelier de Solène.    

Solène suit un parcours somme toute classique : après deux années bouillonnantes en classe préparatoire au Lycée Carnot à Paris, Solène prend la verticale et intègre l’EDHEC à Lille. L’étudiante profite d’une année de césure pour découvrir le monde de l’entreprise. Elle réalise deux stages en tant qu’assistante chef de produit, chez l’Oréal puis Unilever. Mais les journées désargentées s’enchaînent dans les tours d’ivoire de ces deux multinationales. Son enthousiasme a du plomb dans l’aile et le fil soyeux devient fil barbelé. L’envie de faire carrière dans de grands groupes s’oxyde: Solène refuse d’être un numéro lambda à remplir ses journées de fichiers Excel. Elle joue les funambules entre la raison d’une vie de salariée bien rangée et ses rêveries d’orfèvre solitaire…

Car Solène a toujours usé de ses doigts de fée pour créer de petits bijoux. Petite déjà, elle enfilait des perles de nacre, pour le plus grand plaisir de ses sœurs. Autodidacte, elle apprend dans les livres, se perfectionne et vend ses créations sur les marchés. Son esprit entrepreneurial se développe alors que s’affine ses créations. Le succès de ses bijoux la pousse à oser rêver. Les réminiscences de ses cours de finance l’incitent à s’assurer d’une jolie trésorerie avant de faire le grand saut. Elle redouble d’efforts au cours du dernier trimestre 2016 et consacre tout son temps libre à la fabrication de ses joyaux: de fil en aiguille, la jeune femme se constitue une jolie cagnotte. 4000€, une somme suffisante pour présenter une première sélection de bijoux. Elle fait le choix d’un nom sobre et intemporel : l’Atelier de Solène. Les bijoux deviennent alors son fil d’Ariane. Elle accompagne le printemps 2017 de ventes privées pour alimenter ses fonds propres. L’été, alors que les Français accueillent les bras ouverts un repos salvateur, Solène profite des longues soirées pour s’offrir un écrin digital et intégrer l’incubateur Station F. L’Atelier de Solène détonne parmi les bijoux de technologies qui fleurissent dans cette pépinière,  mais profite de l’effervescence omniprésente. 

Au fil du temps, Solène a noué une relation de confiance avec des ateliers parisiens. Des mains supplémentaires à ses dix doigts d’orfèvre offrent l’équilibre parfait pour des bijoux de qualité à prix abordable.

L’Atelier de Solène s’inscrit dans un esprit boudoir et bohème-chic. Ses créations élégantes, délicates, intemporelles et d’une douceur irrésistible, ornent les poignets, doigts et gorges des jeunes filles en fleurs. Un romantisme et un raffinement que l’on retrouve dans les photos, mais également dans les appartements qui accueillent plusieurs fois par an ses ventes privées éphémères où parfum d’ambiance et musique délicate enrobent les clientes d’un voile de douceur. Le chic à la française en somme…

 

Solène a des rêves de grandeur pour sa jeune et jolie entreprise : un showroom permanent, des collections plus étoffées, le développement d’un réseau de distributeurs en province etc. On lui souhaite que tout ce qu’elle touche du doigt se transforme en or !

 

Un grand merci à Solène pour sa gentillesse et son enthousiasme communicatif !

Crédit photos: l'Atelier de Solène



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *