Elise Chalmin, illustratrice

Il suffit parfois de très peu de chose pour bousculer une vie. Le souffle d’un proche qui vous glisse à l’oreille quelques mots qui constituent votre essence même. Un murmure à l’effet papillon, qui a permis à Elise Chalmin de se trouver. Portrait d’une illustratrice à géométrie admirable.

Le baccalauréat en poche, la jeune Elise s’inscrit timidement en école de commerce. Son parcours s’annonce un brin terne mais sa mère va lui porter son premier pigment : celle qui connaît Elise mieux que personne voit en sa fille un bourgeon d’artiste qui ne demande qu’à éclore. De précieux conseils qu’Elise aura la sagesse de suivre pour faire le grand écart vers l’Atelier de Sèvres, une classe préparatoire aux grandes écoles d’Art. Après deux ans à manier pinceaux et stylos, appréhender les couleurs et apprivoiser la matière, Elise se présente le cœur léger aux concours. L’étudiante est reçue au très prestigieux London College of Communication. Une école anglophone mais qu’importe, l’art a pour langage universel l’inspiration. Pendant trois années, la jeune femme étudie l’illustration et développe à loisir son sens aiguisé de la création. Dans une ville où l’excentricité est érigée au rang de normalité, Elise laisse libre court à son imagination colorée. Elle s’associe à une camarade étudiante en stylisme photo pour son projet de fin d’études. Ses doigts porcelaine s’emploient à dessiner les motifs des vêtements, alors que son œil bleu supervise le lookbook et ses cellules grises le site internet. Des couleurs en symbiose pour un rendu en apothéose : le jury est conquis…

Fraîchement diplômée, Elise revient dans l’hexagone et fait ses gammes chez Ventilo puis Maison Standards. Alors qu’elle regarde droit devant pour inventer le futur de ces deux maisons, Elise observe son passé récent avec une douce mélancolie. Au fil du temps, son enthousiasme perd de son éclat initial. Pour le rehausser, elle fait réimprimer les motifs de son projet d’études et troque le blanc de ses nuits pour des couleurs vives. Elle reprend son site endormi et mets en orbite ses créations hautes en couleurs. Avec des ventes qui la remettent en perspective, sa vie monotone devient pantone. Telle une chrysalide chromatique, Elise choisit de voler de ses propres ailes, après une collection capsule réussie avec Promod.

Sa marque éponyme naît en 2015. L’univers Chalmin est assumé : des couleurs acidulées et des motifs géométriques, réminiscences de ses promenades londoniennes aux pieds des façades inspirantes des Council Buildings. Les coupes, volontairement simples, se plient sous la puissance du motif, devenu sous ses doigts un art majeur.

Femme de tête et de cœur, Elise prend la tangente et arrondi son trait. De cette vision sous ce battement de cil naissent des cœurs, à porter sur la poitrine, pour des femmes romantiques et espiègles à la fois. Rouge carmin, jaune citron ou rose dragée, le cœur palpite sous les pigments. En parallèle, Elise agrandit son vestiaire féminin avec des jupes, chemises et pantalons. Sous le poids des commandes, elle finit par confier la réalisation de ses modèles à un atelier parisien.

La créatrice met le monde en émoi. Elle s’embourgeoise aux cotés d’une célèbre marque de maquillage pour décliner son univers pop et acidulé aux lèvres des femmes. A l’été 2018, Elise s’associe à Zespri, leader du marché du kiwi au profit de l’association Challenge Ruban Rose et de la lutte contre le cancer du sein. Une femme de cœur…

A la rentrée 2018, c’est au tour de Sarenza, grand nom de la chaussure, de succomber à ses charmes ! Bourreau des cœurs, mais pour le meilleur !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *