Charlotte Sagory, paper artist

Qu’il semble loin le temps des petits pliages élémentaires de la cour primaire. L’avion volant à l’autre bout de la classe a du plomb dans l’aile ! Le papier entre désormais dans la cour des grands et se plie aux exigences de l’âge adulte, en conservant cette âme d’enfance si attachante. Du grand art. Portrait d’une charmeuse de papier, Charlotte Sagory.

La petite Charlotte est l’artiste de la famille. Élève au lycée de Sèvres, elle obtient son bac STI arts appliqués. Ce bout de papier en poche, Charlotte monte dans la cité des Flandres et intègre un BTS design de mode, textile et environnement. Mais la couture n’est plus à la mode dans son cœur. Plus que la conception du produit, c’est sa mise en valeur qui la fascine. L’école lilloise dans laquelle elle étudie ouvre une section « Image de mode et communication ». Charlotte l’intègre en 2012 et se détourne alors du tissu au profit du papier. D’abord glacé, en effectuant plusieurs stages dans la presse. L’étudiante entre chez DNR, propriétaire du magazine Fricote et de l’Imprimerie du Marais. Pendant un an, Charlotte a en charge les pages mode qu’elle réalise à grand renfort de système D. Cette expérience mêlant exigence et débrouillardise la conforte dans la voie qu’elle s’apprête à suivre.

Alors qu’il lui reste six mois de convention de stage à plier, elle fait la rencontre qui va bouleverser le cours de sa jeune vie professionnelle : Lisa Gachet, la fondatrice du blog de DIY * Make My Lemonade et du délicieux mantra « Quand la vie te donne des citrons, fais-en de la limonade » est à la recherche de la stagiaire citronnée de ses rêves. La limonade entre en ébullition tant l’alignement des citrons est parfait. Ensemble, Charlotte et Lisa vont alors mettre en commun leurs doigts virtuoses et presser leur créativité pour en récolter le pur jus, à la source de toutes leurs idées. Couronne de fleurs, chemise brodée, lunettes à strass etc…. Charlotte aux doigts d’argent devient un véritable couteau suisse créatif : la pulpe de ses doigts rédige les articles du site tandis que le zeste de son cerveau coordonne les workshops. Les Françaises sont chaque jour plus nombreuses à venir prendre leur dose de vitamine, sans modération. Les marques, qui voient en elles un puits sans fond d’inventivité, tentent une approche dans les règles de l’art. Les contrats fleurissent, le petit blog de départ est sur orbite et Lisa devient la capitaine d’une petite équipe citronnée. Au fil d’une journée un peu plus acidulée, le studio reçoit une commande particulière, sur fond d’objet en papier. Charlotte s’empare de cette feuille de route. Feuille blanche puis feuille volante, le papier devient cadeau. Le déclic tant attendu arrive : le papier devient à partir de ce jour son support de prédilection. Proclamée reine du papier et des piñatas**, elle devient l’idole des (très) jeunes. Sous ses doigts devenus experts, le papier se tord de plaisir : les feuilles de quelques millimètres d’épaisseur se dressent en un objet en trois dimensions. Un exercice de haute voltige.

Progressivement, l’enthousiasme débordant et l’optimisme irrésistible de Lisa se décalquent dans l’esprit de Charlotte, qui songe à voler de ses propres ailes. Fin 2016, elle griffonne quelques papiers pour être à son compte. Charlotte efface doucement son empreinte du studio Make My Lemonade pour dégager du temps à son nouvel art. En novembre 2017, elle fait sereinement le grand saut et quitte Make My Lemonade pour vivre son rêve.

Dans la jungle des « paper artist », sa signature est reconnaissable entre toutes : avec une touche colorée et décalée, elle revisite les objets du quotidien. D’une finition rare, ses créations sont détaillées à l’extrême pour une ressemblance plus vraie que nature. Elle va encore plus loin en donnant littéralement vie à certaines de ses créations grâce à un ingénieux petit mécanisme pensé par son compagnon et logé au creux du papier.

Un univers qui séduit les plus grands noms - Boulanger, L’Occitane ou Veuve Clicquot - mais aussi des marques pointues comme Mode Trotter et Des Petits Hauts pour habiller une vitrine ou un produit.

Face à ce succès vertigineux, Charlotte a l’humilité de sa jeunesse : elle ne cache pas son admiration pour Lisa bien-sûr, à la source de son histoire personnelle, mais n’hésite pas à rendre hommage à d’autres paper artists dont elle admire le travail, à commencer par Lorenzo Papace, Adrian&Gidi et Zim&Zou.

La bienveillance est une seconde nature pour cette optimiste-née. Une indulgence que l’on retrouve quand elle évoque sa génération, qu’elle scinde en deux : une partie très optimiste, prête à déplacer des montagnes pour se sentir épanouie, une autre partie très pessimiste et résignée, en attente d’un déclic qui se fait désirer.

Un optimisme qui la pousse à multiplier les idées et projets : des kits pour enfants ou encore des ateliers piñata.

Que tous ses rêves couchés sur le papier se réalisent en cette nouvelle année…

“Que le papier parle et que la langue se taise.”

                                                                      Cervantès

*en Français, « fais-le toi-même ».

** Originaire du Mexique, la piñata est un récipient qui prend généralement la forme d'une figurine ou d'un animal, réalisée en papier mâché et donc facilement cassable. Le but est pour les enfants de frapper la piñata en ayant les yeux bandés afin de faire tomber les sucreries qui se trouvent à l'intérieur.

Crédit photo: Charlotte Sagory

Un grand merci à Charlotte pour sa gentillesse et sa fraîcheur !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Découvrez tous les mois des Valseuses, ces femmes qui ont fait valser leurs peurs, ennui et vie de salariées rangées !