Cécile Cohen, fondatrice de GreenMa

Il faut savoir pousser les portes de son jardin secret pour trouver les clés de son entreprise. Une passion enfouie, qui sait patienter sans se faire oublier. C’est le cas de Cécile Cohen, fondatrice de GreenMa, jeune marque de thés bio savoureux, attirée depuis toujours par l’écologie.

La petite Cécile nourrit très tôt un appétit féroce pour les bonnes choses. Son palais éduqué se délecte des produits offerts par la terre nourricière, bruts et naturels, sans artifice. Les conservateurs, dont elle apprend les noms par cœur, sont pour elle de mauvaises herbes. Contre nature. Un goût pour le bien-manger qui la guidera dans tous ses choix professionnels.  

Un parcours somme toute classique : une école de commerce et une carrière dans le marketing et la communication. Cécile va ainsi travailler dix ans dans l’agroalimentaire. Une décennie. Une éternité à l’échelle d’un homme mais bien peu de chose à l’échelle de la Terre. Sans conteste la durée parfaite pour qu’une idée ait le temps de germer. Le cerveau de la jeune femme s’avère un terreau très fertile. L’envie d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs devient si imposante qu’elle s’enracine et rend difficile la cohabitation avec sa vie de salariée.

Dès lors, l’imagination de la jeune femme ne va cesser de bourgeonner. Cécile fait un premier essai dans l’édition avec l’écriture de livres pour enfants sur les fruits les légumes, puis autour des macarons pour le pâtissier Sébastien Bouillet. Mais Cécile décide d’écouter sa nature profonde : son amour des plantes. Comme toute jeune pousse désireuse de bien grandir, elle rejoint l’incubateur de l’EM Lyon. Après un retour sur les bancs de l’école, une étude poussée du marché et un stage dans une herboristerie, GreenMa voit le jour en 2015. A 33 printemps, c’est une renaissance pour la jeune femme. Après avoir été l’épaule solide de son mari entrepreneur pendant sept ans, son tour est venu.

Avec GreenMa, marque de thés et d’infusions bio, Cécile Cohen opère un retour aux sources. Dans la jungle des théines et autres décoctions, GreenMa se distingue par sa philosophie et la qualité de ses breuvages. Chaque gorgée nous renvoie à l’état sauvage : la jeune marque capture les saveurs des plantes non dénaturées par les additifs et conservateurs. Les feuilles sont laissées entières pour un thé en vrac savoureux, qui trouve sa source – pour 80% – en France. Menthe poivrée, jasmin, hibiscus, verveine, pétales de bleuet ou de mauve, Cécile Cohen a mis les fleurs du bien en bocal, mais aussi de jolis fruits non défendus comme la fraise, le pamplemousse ou encore la mangue. Un bonheur pour nos papilles mais également nos pupilles. L’experte en marketing a mis sa petite graine : les bocaux en verre fumé anti-UV façon pots d’apothicaires et les étiquettes blanches habillées de dessins botaniques ont un petit goût sucré du passé.

L’alchimie opère. Très vite après le lancement, Cécile convainc Sébastien Bouillet, Folks&Sparrow et le jardin Montgrand d’entrer dans la danse en référençant ses produits. Mais c’est la rencontre avec deux jeunes filles en fleurs qui va faire décoller la marque sous des cieux radieux : Colette et Coline. Le mythique concept-store parisien (qui ferme ses portes, ndlr) est sensible à ces petits bocaux aux dessins naturalistes tandis que la blogueuse Coline aime le message écologique qui se cache derrière GreenMa. Car tout a été pensé pour que l’impact environnemental soit le plus faible possible : aucun emballage plastique, le circuit-court privilégié pour l’approvisionnement, et des encres végétales pour les dessins. L’engagement en faveur de l’environnement coule dans la sève de GreenMa. Sa fondatrice met du cœur à l’ouvrage pour mobiliser sa génération. Une génération qu’elle se réjouit de voir pour moitié engagée chaque jour un peu plus. Pour l’autre moitié, victime de la société de consommation, elle est convaincue que sa rédemption tient dans l’éducation et le dialogue. Cécile est ainsi allée à la rencontre des consommateurs au travers d’ateliers dans lesquels elle présente ses thés bien sûr, mais insiste aussi sur l’impact désastreux des déchets sur l’environnement.

A l’écouter parler, on est irrésistiblement attiré par sa bienveillance envers les femmes. Jeune maman, Cécile se désole de voir trop peu de femmes assouvir leur désir d’entreprendre. Ecouter son for intérieur, voici un des moteurs de Cécile. 

Nul doute que GreenMa est promis à un avenir radieux, tant les idées et les projets fourmillent dans la tête de la jeune fondatrice. Une offre maison lifestyle est venue diversifier l’offre, avec une gamme de bougies et savons destinée à enrober notre quotidien d’un voile de douceur. Un abonnement mensuel est maintenant en route pour le mois de septembre…

« Tout est bien sortant des mains de la nature »

Rien de plus juste pour Cécile que cette pensée de Rousseau.

Crédit photo: GreenMa

Un grand merci à Cécile pour sa gentillesse et sa confiance !



1 thought on “Cécile Cohen, fondatrice de GreenMa”

  • Merci et bravo pour ce portrait très bien écrit. (“les fleurs du bien en bocal”, “les fruits non défendus”, etc. ) 😉
    Très joli parcours que celui de Cécile Cohen qui conforte l’envie d’entreprendre et de tenir bons ses valeurs d’environnement, de protection de la nature, d’écouter son for intérieur et de boire des thés délicieux.
    Et avec un packaging pareil, je vais de ce pas faire quelques emplettes !
    Bravo et merci !

Répondre à Malory Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Découvrez tous les mois des Valseuses, ces femmes qui ont fait valser leurs peurs, ennui et vie de salariées rangées !